Entries Tagged 'Reflexion' ↓

Territorialisation 2030

Un groupe d’experts multi-disciplinaire d’un réseau structuré pose des scenarii. Je suis en pleine lecture des scenarii sur différents sujets qui me semblent  probable. Bien sur la prospective ne sera jamais la réalité, mais aide à appréhender le future. N’est ce pas le propre de l’entrepreneur  eclaire que d’anticiper le futur avant les autres?

Réflexion sur les thèmes : démographie, habitation, mouvements des populations, communication  mondiale et écologie.

En 2030, la population mondiale était légèrement inférieure à 8 milliards, proche des prévisions minimales de l’ONU en 2006. Le changement climatique avait ruiné la vie de centaines de millions de personnes. L’énergie demeurait un pro­blème majeur, malgré la diminution de moitié des taux de croissance par rap­port à l’ère pré-2012. De fait, confrontées à une situation d’urgence permanente, les administrations et les entreprises n’avaient pas vraiment investi pour modi­fier leurs modes de production.

Les individus avaient pris une longueur d’avance en raison des contraintes éco­nomiques, et parce que des millions de chômeurs avaient inventé de nombreux emplois de proximité : taxis locaux (souvent à 2 roues) sur demande, collecte sélective des ordures, gestion du recyclage, répare-tout, etc. Ces nouveaux mé tiers finirent ainsi par jouer un rôle social essentiel.

Les multiples équilibres locaux qui avaient émergé de la post-mondialisation ressentirent vite le besoin de redéfinir (et de défendre) leurs territoires. Elles voulaient affirmer et vivre leurs nouvelles valeurs, définir qui leur appartenait et qui leur était étranger, protéger leurs fragiles économies contre la concurrence. Après la Cata­logne, beaucoup de régions européennes, ainsi que certains Etats d’Amérique du Nord, obtin­rent– au moins de fait – un statut de quasi-in dépendance. Des villes comme Barcelone firent pratiquement sécession. Des passeports internes apparurent dans plusieurs pays et les frontières furent bien entendu rétablies (dès 2020) dans l’Union Européenne.

Les réfugiés climatiques et politiques avaient également be­soin de territoires. L’une des rares initiatives internationales de cette époque aboutit à la création de trois « Refugistans », achetés à la Russie, à l’Australie et à la Tanzanie avant d’être via­bilisés. L’histoire de ces nouveaux pays reste à écrire, mais leurs premières années font penser à la naissance de l’Australie à la Conquête de l’Ouest américain.

Les « territoires » n’étaient toutefois pas tous géographiques. Qu’elles soient re­ligieuses, ethniques, culturelles ou autres, des communautés finirent également par constituer leurs propres frontières, définir une notion de citoyenneté, créer des règles et des institutions et utiliser l’Altronet pour fonctionner de manière cohérente. L’état quasi-indépendant de Californie fut le premier à reconnaître leur existence en révisant sa constitution pour devenir un « Etat des Commu­nautés ».

L’Altronet joua un rôle majeur en permettant à de nouvelles formes d’organisa­tions fédératives d’émerger. Les devises locales et les systèmes d’échanges l’uti­lisaient pour le commerce et la compensation des échanges entre eux. Plusieurs conflits opposant des communautés furent réglés grâce à l’Altroverse, la fédé­ration libre des univers virtuels qui émergea dans les années 2015 sous le nom de « Metaverse », et qui fusionna avec l’Altronet quelques années plus tard. De véritables procès, avec juges, procureurs et avocats, furent ainsi été organisés dans cet espace en 3 dimensions. L’Altronet permit sans nul doute d’empêcher de nombreux conflits depuis sa création, même si, bien sûr, il permit aussi de multiplier d’autres formes de conflits, moins meurtriers : les cyberguerres. Cer­tains pensent que l’Altronet est le mécanisme qui permettra de regrouper effi­cacement les nombreuses communautés entrelacées dans une nouvelle com­munauté internationale, plus ouverte.­

Reflexion Dominicale

Mc 9,38-43.45.47-48.
Jean, l’un des Douze, disait à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un
chasser des esprits mauvais en ton nom ; nous avons voulu l’en empêcher,
car il n’est pas de ceux qui nous suivent. »
Jésus répondit : « Ne l’empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon
nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ;
celui qui n’est pas contre nous est pour nous.
Et celui qui vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au
Christ, amen, je vous le dis, il ne restera pas sans récompense.
Celui qui entraînera la chute d’un seul de ces petits qui croient en moi,
mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que
tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer.
Et si ta main t’entraîne au péché, coupe-la. Il vaut mieux entrer manchot
dans la vie éternelle que d’être jeté avec tes deux mains dans la géhenne,
là où le feu ne s’éteint pas.
Si ton pied t’entraîne au péché, coupe-le. Il vaut mieux entrer estropié
dans la vie éternelle que d’être jeté avec tes deux pieds dans la géhenne.
Si ton oeil t’entraîne au péché, arrache-le. Il vaut mieux entrer borgne
dans le royaume de Dieu que d’être jeté avec tes deux yeux dans la géhenne,
là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas.

===========================================================================

Quand être tolérant et quand être intransigeant ? La lecture de l’Evangile du jour m’éclaire sur le sujet.

Autant que Jésus est tolérant envers la personne qui semble usurper son nom pour une cause honorable, notre messie condamne avec fermeté les gens qui entrainent les autres au péché.
Pour chaque individu, Jésus nous demande de veiller que les membres de notre corps qui nous entrainent à la perdition soient amputés afin de préserver le reste du corps. J’extrapole cette pensée, je dois veiller que toute chose ou personne qui pourrait être une cause de perdition et mon éloignement de Toi, devient l’objet de mon dédain et de son élimination.

Je dois être intransigeant sur mes choix de vie.

Seigneur, faible humain que je suis, je te demande le don de discernement et la volonté et la force de tenir mon cap vers Toi.

Meetings: Attending & Organising

Have you ever between taught ‘how to attend a meeting or how to run a meeting’? Meetings is a communications tool that is used most of the time in any organisation, yet almost most persons have not thought of the organisation of meetings or its improvements.

At toastmasters, all members are requested to attend meetings and are trained in the optimum use of the important communications tool called ‘meetings’.

I came back from my Syndic meeting of the property where I reside last Wednesday, frustrated in the way the meeting was held. Yesterday, I attended a meeting of the shareholders of an association; I was again horrified by the way the meeting was run and prepared. I am now pondering in the waste in time, money and personal irritation occurring throughout Mauritius in meetings of any sort.

Patti Hathaway, a certified professional speaker who I came to know through my AMA membership offers some tips to make our meetings more effective.

Ten Tips for More Effective Meetings

By Patti Hathaway, CSP

Love them or hate them, meetings are an everyday fact of life for most businesspeople. If you keep these ten tips in mind, everyone involved will be able to use their time more productively—assuring a positive experience.

Provide specific goals and objectives

Every person attending a meeting should be able to answer these key questions:

  • What is the purpose of this meeting?
  • How can I contribute?
  1. It is essential to send out an agenda prior to any meeting. List your meeting objective (i.e., the purpose for the meeting) on the agenda.
  2. Outline any preparation you would like the participants to do prior to the meeting. Also, a list of any materials participants should bring to the meeting.
  3. Invite only those people who can contribute to the meeting.

Avoid the “information assumption” trap

  1. Avoid lecture meetings. Is there a more efficient way to distribute certain information instead of calling a meeting?
  2. Prepare action item minutes.
  3. Get participants actively involved in the meeting: appoint a timekeeper and ask for help in facilitating the meeting.
  4. Have participants attend only for the time they are actually needed.

The “platinum rule” of meeting success

  1. Are your participants “big picture” or “detail” people? What format should you use for the project team’s final report? What kind of meeting minutes will best meet the needs of your participants?
  2. Start on time. Also set (and adhere to) an ending time when scheduling the meeting.
  3. Keep in mind that Robert’s Rules of Order does not necesarily increase the effectiveness of meetings. Develop your own rules of the road to best meet your group’s specific objectives and needs.

Camera Selection

After the small accident which occurred on the 23th August, I dropped my Nikon which has severed me for a number of years on the floor. Now that I am preparing my next trip overseas I decided to get a new camera which will suit my needs as soon as possible.

camera-selection2Guess what I choose and what price?

Eid Praying with the Muslims

Today for the Muslim population it is a great day. It is the end of a month long of mortification. Today  marks for the Muslim world, the celebration of the feast of the mightiest of all, the greatest of the great, the one and only one- God. Glory to thee, God the merciful!

Allaahu akbar, Allaahu akbar, Allaahu akbar

الله أكبر الله أكبر الله أكبر

laa ilaaha illAllaah

لا إله إلا الله

Allaahu akbar, Allaahu akbar

الله أكبر الله أكبر

wa li-illaahil-hamd

ولله الحمد

God is the Greatest, God is the Greatest, God is the Greatest,

There is no deity but God

God is the Greatest, God is the Greatest

and to God goes all praise

I fully abide to the prayers of my Muslim friends and feel connected with them in Glorifying and being in awe of God.

The expression ‘God the greatest and the merciful’ which is said every morning by all the mosques in the call to prayer, gives me this morning, the sense of two deep thoughts.

For one, the merciful God is the expression of the God of unconditional love; God would have mercy on us for all the sins we might commit. Why would God have forgiveness for us? God is love and would always have mercy on us.

For 2, when we evoke and praise God for being merciful we, humans admit and recognise that we are weak and prone to be sinful. We are still locked into our human nature waiting to be sublimated to a higher being to where we are destined. To be in prayer, that is to be conscious of God presence and to appear in front of Him, immediately transforms our being. If we have faith in Him, He mercifully shares His spirit to sanctify us.

With the Muslim friends thus today, I pray thee God to bring peace to all mankind. I pray that mankind believes in the God of love. God is the greatest!

Reflexion Dominicale

Evangile de Jésus-Christ selon saint Marc 9,30-37.
Jésus traversait la Galilée avec ses disciples, et il ne voulait pas qu’on le sache.
Car il les instruisait en disant : « Le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes ; ils le tueront et, trois jours après sa mort, il ressuscitera. »
Mais les disciples ne comprenaient pas ces paroles et ils avaient peur de l’interroger.
Ils arrivèrent à Capharnaüm, et, une fois à la maison, Jésus leur demandait : « De quoi discutiez-vous en chemin ? »
Ils se taisaient, car, sur la route, ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand.
S’étant assis, Jésus appela les Douze et leur dit : Prenant alors un enfant, il le plaça au milieu d’eux, l’embrassa, et leur dit :
« Celui qui accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille ne m’accueille pas moi, mais Celui qui m’a envoyé. »

===============================================================================

Au lieu de discuter pour savoir qui était le plus grand, Jésus nous enseigne : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. » Plus encore, Jésus nous demande d’accueillir en son nom un enfant. Que représente l’enfant ? Un être dépourvu des biens avec le potentiel de grandir ? Un être qui est dans le besoin et qui est dans l’impossibilité immédiate de te rendre service. Accueil d’un enfant serait il pour nous mettre dans une position d’exercer notre don d’amour inconditionnel ?

Cette Évangile, me demande de déplacer mon regard vers le service des autres et les démunis.

Donne-moi Seigneur Dieu d’avoir l’esprit de service qui convient pour penser et accueillir les autres et plus particulièrement les démunis.

Reflexion Dominicale

Mc 8,27-35.
Jésus s’en alla avec ses disciples vers les villages situés dans la région
de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, il les interrogeait : « Pour les
gens, qui suis-je ? »
Ils répondirent : « Jean Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un
des prophètes. »
Il les interrogeait de nouveau : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui
suis-je ? » Pierre prend la parole et répond : « Tu es le Messie. »
Il leur défendit alors vivement de parler de lui à personne.
Et, pour la première fois, il leur enseigna qu’il fallait que le Fils de
l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les chefs des
prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, trois jours après, il
ressuscite.
Jésus disait cela ouvertement. Pierre, le prenant à part, se mit à lui
faire de vifs reproches.
Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement
Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de
Dieu, mais celles des hommes. »
Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit : « Si quelqu’un veut
marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix, et
qu’il me suive.
Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie
pour moi et pour l’Évangile la sauvera.

====================================================================================

« Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix, et qu’il me suive. »

Nul doute je veux marcher derrière toi Seigneur Jésus. Me renoncer à moi-même est un exercice ardu qui me demande un effort continu. Comment contrer mon EGO ? Comment le contenir car je pense en avoir besoin pour mon estime de moi-même ? Est-ce là le mauvais vers qui a déjà pénétré mon être ? Les paroles adressées à Pierre résonnent : « Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. » Qui prétend qu’il faille avoir un peu d’estime de soi ?

Si je vis dans le Seigneur et pour le Seigneur et que je renonce à moi, aurai je encore besoin de moi ? C’est lui qui vit en moi, tout autre n’est que de trop. Prendre sa croix veut aussi dire prendre sa souffrance, le poids de son fardeau.

Dans mes moments de souffrance physiques et autres, de croire qu’IL est encore là, présent pour nous soulager n’est pas facile. Es-ce un test de ma Foi et de mon espérance ? Je te prie Seigneur dans ses moments là fait grandir encore plus ma foi et espérance en Toi. Donne-moi l’allégresse de porter ma part de Ta croix.

Edith Stein écrivit :

L’union avec le Christ est notre béatitude et l’approfondissement de
notre union avec lui fait notre bonheur ici-bas. L’amour de la croix ne se
trouve donc nullement en contradiction avec notre joie d’être enfants de
Dieu. Aider à porter la croix du Christ donne une allégresse forte et pure
à ceux qui y sont appelés et qui le peuvent ; ceux qui participent ainsi à
l’édification du Royaume de Dieu sont vraiment les enfants de Dieu.

Reflexion Dominicale

Mc 7,31-37.
Jésus quitta la région de Tyr ; passant par Sidon, il prit la direction du
lac de Galilée et alla en plein territoire de la Décapole.
On lui amène un sourd-muet, et on le prie de poser la main sur lui.
Jésus l’emmena à l’écart, loin de la foule, lui mit les doigts dans les
oreilles, et, prenant de la salive, lui toucha la langue.
Puis, les yeux levés au ciel, il soupira et lui dit : « Effata ! »,
c’est-à-dire : « Ouvre-toi ! »
Ses oreilles s’ouvrirent ; aussitôt sa langue se délia, et il parlait
correctement.
Alors Jésus leur recommanda de n’en rien dire à personne ; mais plus il le
leur recommandait, plus ils le proclamaient.
Très vivement frappés, ils disaient : « Tout ce qu’il fait est admirable :
il fait entendre les sourds et parler les muets. »

=================================================================================

Outre la guérison du muet de Jésus, en terre non juive le territoire de la Décapole, signifiant ainsi que Jésus est venu pour le salut également desT les païens, Jésus nous ouvre les oreilles et nous délit la langue. Sommes-nous sourd au message de Dieu dans les tintamarres des bruits de tous les jours ? Aurions-nous besoin de ce message « Effata » d’ouverture de Jésus pour ensuite être le relais parlant du Christ ?

Entendre ne semble pas être suffisant, savoir être à l’écoute n’est toute autre. Jésus n’attend une démarche et une initiative pour agir. Peut être bien, l’élan d’initiative est originaire de nous même, mais plus souvent, l’initiation vient des autres, comme il l’est dans ce cas. N’est pas spécifié les personnes qui ont conduit le sourd muet et qui ont demandé le Seigneur de poser Sa main sur lui. Ne sommes nous pas appelé pour être aussi parmi les instigateurs pour pousser les autres à être à l’écoute du Seigneur ? Sommes nous pas le « on » pour les autres ? Nous savons bien que nous sommes les instruments de Dieu : Il agit à travers de nous et par nous.

Ainsi à Son image, « tout ce qu’il fait est admirable ».

Je te demande Seigneur Jésus, de me faire prendre encore plus conscience de Ta presence, et  d’être ouvert à Ton écoute par un dialogue, plus fréquent et plus intime avec Toi. Accorde-moi, comme Toi, que j’accomplisse tout ce qui est admirable à Tes yeux.

Laptop hazard

I am a regular user of LapTop. I may spend a good 4-5 hours daily on my laptop. Recently Olivier who spends most of his time on a laptop started having wrist pains. For him as well as for me it is becoming an occupational hazard. What is needed to be done? I found an article which discusses this issue and would like to share it with you.

Ergonomic Tips for Using a Laptop Computer

Text partially adapted from Cornell University Ergonomics Web, Professor Alan Hedge

Laptop computers, also known as notebooks, are not recommended for use as primary computers that are used for numerous hours everyday. However, they have been adopted for just that purpose by thousands of people.

  1. Laptops are not designed ergonomically – The design and construction of laptops violates a basic ergonomic requirement for computer usage, namely that the keyboard and screen can be positioned independently for appropriate viewing and typing. In the very early days of personal computing, desktop devices also had the screen and keyboard integrated as a single unit, and this resulted in widespread complaints of musculoskeletal discomfort. By the late 1970’s a number of ergonomic design guidelines were written calling for the separation of screen and keyboard. The reasoning is simple. With a fixed design, if the keyboard is in an optimal position for the user, the screen isn’t, and if the screen is optimal the keyboard isn’t going to be placed properly. Even contemporary laptop designs fail to satisfy this basic ergonomic positioning requirement, which means that users must pay special attention to how they use their laptop in order to avoid muscular-skeletal disorders, headaches, fatigue, and similar complaints that result from non-ergonomic computer use.
  2. Laptop user type –  Are you an occasional user who works on your laptop for short periods of time or less than two hours per day? Are you a full-time user whose laptop functions as your main computer? Occasional users will have less risk of injury than full-time users, but all users should pay attention to how they use their laptop computers.
  3. Computer Posture – As explained above, laptops violate basic ergonomic design requirements, so using a laptop results in some tradeoff between either poor neck/head posture and poor hand/wrist posture.

Occasional users – Because the neck/head position is determined by the actions of large muscles, people who use their computers occasionally for short periods of time less than two hours can more easily compensate for neck posture than arm and wrist posture. Examples include:

o Find a comfortable, adjustable chair that allows you to recline very slightly.

o Angle the laptop screen so you can easily view the images with the least amount of neck deviation

Full-time users – Many people use these portable computers as fulltime laptop workstations. If you use your laptop frequently and for periods of longer than two hours, as is typical in workplace settings where a notebook computer may be the employee’s main computer, begin to sit in a correct computer posture consistently and utilize other ergonomic practices, including the following:

o Position the laptop on your desk/work surface directly in front of you.

o Set the unit’s height and screen angle so the images can be easily read without bending your neck. This may require that you elevate the laptop off the desk surface using a stable support surface, such as a computer monitor pedestal.

o If your desk height is satisfactory for your screen’s placement, attach a separate, full sized keyboard to your computer and use an independent mouse rather than the touch pad, trackball, or small joystick incorporated into your keyboard. Connecting ports for a keyboard and mouse can usually be found in the rear or side of your computer. However, there wireless devices have become increasingly popular.

o Place the separate keyboard on a negative-tilt keyboard tray connected beneath your desk surface. This helps ensure a neutral wrist posture.

o The mouse can be placed on an adjustable position mouse platform.

o Shoulders should be in a relaxed position and arms at your side, with elbows at a 90° position when typing. (Arms should not be splayed wide or extended to reach and use the mouse)

o Sit in a comfortable, adjustable chair with lumbar support and which allows you to sit at a slightly reclined position. This takes much weight off muscles and joints in the low back.

o Take “microbreaks” every half hour or so (including moving your eyes off the screen image to rest on distant objects for several seconds), perform desk stretches (neck, shoulder, arm, and leg stretches) at your desk occasionally,  and get up from your desk to move around or perform standing stretches every couple of hours.

o Follow the guidelines outlined in Ergo In Demand’s

  1. Laptop dimensions – Laptops are available with screens as large as 17″. However, bigger is not always better. Consider your likely usage. The larger the screen the more difficult it may be to use your laptop in mobile locations, such as airplanes or trains. On the other hand, if you enjoy DVDs, “wide screen” laptops are also be proportioned with screens of less height but wide viewing for DVD convenience. There are a number of smaller notebooks and ultra portable laptops on the market that provide more compact portability and lighter weight. Consider issues of screen size and screen resolution, as well. A small screen (e.g.12.1″) will be useful in mobile settings, but if the resolution is high (e.g. XGA – 1024 x 768), make sure that you can read the screen characters and can easily use the input device to point to areas on the screen. The smaller the laptop, the smaller the keyboard, so make certain that you can comfortably type on a keyboard that may be only 75% the size of a typical laptop’s keyboard.
  2. Laptop weight  – People who travel frequently and use their laptops on the road must consider the weight of the system they’ll be carrying. By “system” we mean the weight of the laptop plus the required accessories (e.g. power supply, spare battery, external disk drive, printer, etc.). Many lightweight portables can become as heavy as larger laptops after you add all the components into your carrying bag.  If your laptop and components weighs 10lbs or more, certainly consider using a pull-along laptop carry-on bag.  If you prefer a smaller bag and can comfortably carry your laptop, select a bag that is quality designed for that purpose and features a well padded shoulder strap system.

RETHINK by Ric Merrifield

I had the great pleasure of reading “RETHINK” by Ric Merrifield. It is a business manifesto to cost cutting and innovation. Is not what we need especially in this era of shrinking economy and fast change? I find the approach of the author simple & easy to understand. He refers to the fundamental questionings: the WHATS & the HOWS. In a nutshell, he suggests focusing on the  ‘Whats’ to be out of the trap of the ‘Hows’.

This precisely fits in with the ongoing discussions I was having with Olivier the last week. The software engineering part of his business concerns more the HOWs, he has to look into more of the WHATs. Easier said than done!

In Rethink, consultant and business architect Ric Merrifield challenges business

leaders to open their eyes and view the operation of their companies in a whole

new way, free from the “how” trap of concentrating on how things are accomplished.

Delving deep into every aspect of business activities, Merrifield shows

readers how to escape this trap by looking past the “how” toward the “what.” He

also illustrates how successfully rethinking business goals and the methods used to

reach them can lead to revolutionary new ways to cut costs and optimize the corporate

structure.

Never has there been a more important time for company leaders to re-evaluate

and reorganize their operations to maximize efficiency and productivity.

Merrifield explains how successful changes to a company’s business processes can

only come from learning to predict potential behaviors, identify and categorize the

important “whats” by value.

Merrifield also warns that before making any modifications, even to a seemingly

low-value process, each factor must be carefully examined to find its connection

to high-value “whats.” These connections are often overlooked because they

can be hidden in personal, emotional or technological relationships and, if severed,

can bring disaster.

By using the tools of analysis illustrated by Merrifield, businesses will be able

to anticipate the unexpected discoveries that will result from rethinking and will

be able to rethink, find innovative new ways to achieve their “whats,” best their

competition and increase profitability.

I enjoyed the analysis of Ric’s account of ING direct USA strategy to rethink on retail banking.