Reflexion Dominicale

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (Mt 20, 1-16a)

Jésus disait cette parabole : « Le Royaume des cieux est comparable au maître d’un domaine qui sortit au petit jour afin d’embaucher des ouvriers pour sa vigne. Il se mit d’accord avec eux sur un salaire d’une pièce d’argent pour la journée, et il les envoya à sa vigne.
Sorti vers neuf heures, il en vit d’autres qui étaient là, sur la place, sans travail. Il leur dit : ‘Allez, vous aussi, à ma vigne, et je vous donnerai ce qui est juste.’ Ils y allèrent. Il sortit de nouveau vers midi, puis vers trois heures, et fit de même.
Vers cinq heures, il sortit encore, en trouva d’autres qui étaient là et leur dit : ‘Pourquoi êtes-vous restés là, toute la journée, sans rien faire ?’ Ils lui répondirent : ‘Parce que personne ne nous a embauchés.’ Il leur dit : ‘Allez, vous aussi, à ma vigne.’
Le soir venu, le maître de la vigne dit à son intendant : ‘Appelle les ouvriers et distribue le salaire, en commençant par les derniers pour finir par les premiers.’
Ceux qui n’avaient commencé qu’à cinq heures s’avancèrent et reçurent chacun une pièce d’argent.
Quand vint le tour des premiers, ils pensaient recevoir davantage, mais ils reçurent, eux aussi, chacun une pièce d’argent. En la recevant, ils récriminaient contre le maître du domaine :
‘Ces derniers venus n’ont fait qu’une heure, et tu les traites comme nous, qui avons enduré le poids du jour et de la chaleur !’ Mais le maître répondit à l’un d’entre eux : ‘Mon ami, je ne te fais aucun tort. N’as-tu pas été d’accord avec moi pour une pièce d’argent ? Prends ce qui te revient, et va-t’en. Je veux donner à ce dernier autant qu’à toi : n’ai-je pas le droit de faire ce que je veux de mon bien ? Vas-tu regarder avec un œil mauvais parce que moi, je suis bon ?’

—————————————————————————————————————–

Le parabole des ouvriers de la dernière heure ou le parabole des dindons de la farce ? Quelle justice et quelle équité de notre Dieu ? Cela semble au regard de l’humain certainement pas acceptable. Oui, je ne peux pas comprendre la bonté infinie de Dieu. Cela me dépasse. Est-ce la même dimension que l’amour inconditionnel ? Miséricordieux : pardonner sans question que pour l’amour inconditionnel.

Est ce que cela veux dire que Dieu continue à inviter a sa vigne chacun d’entre nous a chaque heure et selon nos dispositions ? Et IL nous donne un engagement unique à chacun d’entre nous ?

Ce patron sait que les ouvriers de la dernière heure ont les mêmes nécessités que les autres, ont aussi des enfants à nourrir, comme ceux de la première heure. En donnant à tous la même paie, le patron montre ne pas tenir compte uniquement du mérite, mais aussi du besoin. Nos sociétés capitalistes basent la récompense uniquement sur le mérite (souvent plus nominal que réel) et sur l’ancienneté de service, et non sur les besoins de chaque personne. C’est au moment où un jeune ouvrier a le plus besoin de gagner de l’argent pour construire sa maison et une famille que son salaire est le plus bas, alors qu’à la fin de sa carrière, quand désormais il en a moins besoin, la récompense (spécialement au sein de certaines catégories sociales), est à son maximum. La parabole des ouvriers dans la vigne nous invite à trouver un plus juste équilibre entre les deux exigences du mérite et du besoin.

Commentaires de Saint Ephrem (306-373)

Ce que nous donnons à Dieu est bien indigne de lui et ce qu’il nous donne bien supérieur à nous. On nous embauche pour un travail proportionné à nos forces, mais on nous propose un salaire plus grand que celui que notre travail mérite… Il agit de la même façon envers les premiers et les derniers ; « ils reçurent chacun une pièce d’argent » portant l’image du Roi. Tout cela signifie le pain de la vie (Jn 6,35) qui est le même pour tout homme ; unique est le remède de vie pour ceux qui le prennent.

Dans le labeur de la vigne, on ne peut pas reprocher au maître sa bonté, et on ne trouve rien à redire de sa droiture. Dans sa droiture, il a donné comme il avait convenu, et dans sa bonté, il s’est montré miséricordieux comme il l’a voulu. C’est pour enseigner cela que notre Seigneur a prononcé cette parabole, et il a résumé tout cela par ces mots : « N’ai-je pas le droit de faire ce que je veux dans ma maison ? »

0 comments ↓

There are no comments yet...Kick things off by filling out the form below.

Leave a Comment